Voyage en déchetterie

C’est un cimetière des éléphants, un mausolée des choses inanimées.  

C’est aussi le triomphe du fatras, le royaume du bordel : vieux meubles et branchages fraîchement taillés, cartons d’emballage et réfrigérateurs, ferraille et bois, plastique et ciment mais aussi jardinier du dimanche ou entrepreneur en maçonnerie, employés municipaux et résidents secondaires, agriculteurs ou boutiquiers, tous et chacun s’y croisent., se côtoient, y voisinent.  

L’ambiance y est d’ailleurs franchement masculine : rares sont les femmes, et encore moins les enfants qui osent s’aventurer dans ces lieux, comme si aller vider son garage, son jardin, son arrière cour était l’apanage des mâles, la prérogative des chefs de famille… 

Les discussions y sont pourtant rares, les rencontres hypothétiques, l’attention des visiteurs restant concentrés sur l’ultime enjeu de la visite : attribuer au conteneur adéquat les déchets qui conviennent.  

Le séjour en déchetterie a cependant un parfum d’aventure : en plus de permettre une exploration quasi sociologique du tréfonds de nos poubelles, il constitue souvent une pause, vespérale ou non, au milieu d’une journée de labeur, d’un après-midi de bricolage ou d’un samedi d’ennui ………….

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :