Nuit sévillane

Publié le par Fred

C'était il y a 30 ans, j'avais presque 10 ans, et en vacances dans un club de vacances de la côte Atlantique. 

Ce match de football, je ne l'ai pas vu mais mes parents, qui ont assisté à toute la rencontre dans le foyer du centre me l'ont narré ensuite avec tous les rebondissements de l'affaire : l'égalisation de Platini, l'agression de Schumacher sur Battiston, les buts de Trésor et Giresse puis les deux buts allemands, pour achever les derniers espoirs français, avant les tirs au buts, cruels, forcément.

Je n'étais pas né en 58, lors du Mondial suédois, et trop petit pour me souvenir de l'épopée stéphanoise, celle des "poteaux carrés" (même si nous conservions le 45 t de Monty "Allez les Verts", c'est qui les plus forts ?) et 1982 représentait alors l'éveil ou le réveil de la France du Foot, une époque où les Bleus étaient aimés, soutenus, mais qui le valaient bien, une époque où la France jouait un football de rêve, riche en panache , mais ne passait jamais la  dernière marche. 

 

Ce Mundial, au pays de Naranjito et de Juan Carlos n'avait pourtant pas très bien commencé, par une défaite devant l'ennemi héréditaire qui en imposait encore quelque peu, puis s'est poursuivi, au premier tour, par la farce du match contre le Koweit, et son émir intrusif, et un petit nul contre des Tchèques, puis ce fut le second tour et les victoires devant l'Irlande du Nord (qui avait une équipe à l'époque...) et l'Autriche ( buts de Genghini dont un coup franc) 

 

En 1984, la France l'emporterait, mais c'était à la maison, en 1986, elle terminerait 3ème puis ce serait une longue pause de 12 ans, avant le succés laborieux en Coupe du Monde puis leur chef d'oeuvre : l'Euro 2000. 

 

Le monde du foot a bien changé : si l'Italie, le Brésil, voire l'Argentine, bon an mal an  demeurent au plus haut niveau, l'Espagne domine tout, elle qui fut longtemps la risée du Monde en phase finale (du genre à gagner tous ces matchs 3/0 au premier tour et s'écrouler en 1/8ème), l'Allemagne joue un football "champagne" mais n'atteint plus guère la finale, et de nouvelles nations arrivent ... 

 

Mais cette nuit d'été de Séville, dramatique, cruelle, triste, restera à jamais dans le coeur et l'âme des aficionados du ballon rond ....

Publié dans Sports et loisirs

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article