Marathonien

Publié le par Fred

Il avait un âge avancé et 92 ans, cela reste un bel âge pour mourir.

 

C'était un héros ordinaire; du sport, certes, mais aussi de la Seconde Guerre mondiale et de Monte Cassino.

 

Quelle vie a en effet vécu Alain Mimoun, né en Algérie au début des années 20 : fils d'agriculteur mais bon élève, détenteur du certificat d'études soldat, légionnaire, athlète de ces temps héroiques ou Nike signifiait simplement le nom d'une déesse grecque, du temps des Abeke Bikila, Colette Besson, Tommie Smith..., un temps qui semble si éloigné de ce sport moderne, le temps du dopage et de l'argent fou ?

 

Mimoun avait donc gagné le marathon olympique de Melbourne, en 1956, aux Antipodes; après une course d'anthologie qui l'opposait au grandissime favori, le fils de la classe ouvrière tchèque Emil Zatopek... Les images ont été maintes fois revues mais ce dont je me souviens ( je n'étais certes, bien entendu pas né, à cette époque, mais les images repassent souvent), c'est le témoignage de Mimoun sur cette course et sur son "copain" Emil.

 

Quand ce dernier, par ailleurs tenant du socialisme à visage humain, décédera en 2000, les larmes de Mimoun seront le  plus émouvant hommage qu'un pair pouvait faire à un ancien adversaire....

 

Ils ne sont plus là tous les deux, et qui sait, là où ils sont, ils font peut-être des courses parmi les nuages.....

Publié dans Sports et loisirs

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article