Esprit Viennois

Publié le par Fred

C'est à mon avis, un des  grands écrivains du siècle dernier, celui des deux Guerres mondiales.

 

Il n' a jamais été lauréat du Goncourt, ni Prix Nobel, et je sais peu de villes qui ont donné son nom à une avenue ou une rue .

 

Romancier, mais surtout nouvelliste et biographe, Stéfan Zweig, puisque c'est de lui dont il s'agit, est un des grands représentants de l'esprit fin de siècle (l'autre, le précédent) de la Vienne d'avant 14/18; le pays de Freud et François-Joseph, de Schiele, Klimt et Schnitzler, de l'Eros et du Thanatos, de la Majolique et de l'Art nouveau . 

 

Certaines de ces nouvelles que l'on pourrait qualifier de sentiementales ou psychologiques font désormais figure de best-selles: "24 heures de la Vie d'une femme", la" Peur" ou l'inédit "Voyage dans le Passé"; mais Zweig a aussi écrit sur Marie-Antoinette, Emile Verhaeren, Erasme ou Marie Stuart.

 

Grand ami de Romain Rolland, ce pacifiste  juif mais avant tout huamniste, n'a pas survécu au déshonneur où trempait son pays et s'est suicidé, avec sa seconde épouse, dans son exil brésilien.

 

Quant à moi, j'aime le lire et le relire, surtout et y compris en version originale : les dernières pages du "Welt von Gestern" le "Monde d'Hier " sont pour moi, une pure splendeur et un fort moment d'émotion ....

Publié dans choses lues

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article