Cumul des mandats

Publié le par Fred

Cumul des Mandats

 

Il est de certaines bonnes idées, qui semblent pertinentes parce que collant à l’air du temps, parce que répondant à certains bas instincts démagogiques, et qui pourraient donner lieu à un effet inverse de celui escompté.

 

La limitation du cumul des mandats me parait être une de ces fausses bonnes idées, motivée qu’elle est par ses défenseurs, qui promeuvent ainsi un renouvellement de la classe politique.

 

Pour être tout à fait exact, c’est la limitation proposée qui me paraît problématique, à savoir celle qui obligerait un parlementaire à ne plus être maire ou président de conseil général, et inversement .

 

Cela me paraît déjà peu pertinent pour un député, qui si la loi était vôtée, ne disposerait plus d’aucun ancrage local et ne pourrait plus voir sur le terrain, en gérant quotidiennement sa mairie ou son département, les effets, bons et mauvais des dispositions votées. Les collectivités se plaignent déjà d’une abondance de normes, pourtant votées par les élus, voire leur double schizophrène ; qu’en sera-t-il alors lorsque l’assemblée sera composée d’hiérarques élus certes par le peuple mais prédésignés par les représentants des grands partis ; un cénacle de directeurs de cabinet ou de cadres territoriaux, loin, bien loin alors des objectifs de diversité et de meilleure représentation de la société, voulue par la loi.

 

Cette disposition me parait encore plus stupide en ce qui concerne les sénateurs, la Chambre Haute, étant de par la Constitution, l’assemblée représentant les collectivités locales.

 

Est-ce à dire qu’il ne faille pas légiférer ? Absolument pas, car il existe d’autres cumuls, bien plus handicapants. Je passe sur l’exemple le plus caricatural, celui par exemple d’un député du département à la fois député et maire  (jusque là rien de choquant) mais aussi conseiller général. Je pense surtout au rôle de l’intercommunalité (communautés de communes, et communautés d’agglomérations), mais aussi des syndicats intercommunaux voire des « agences « , et autres « Sociétés d’économie mixtes », toutes structures, qui, à l’exception des communautés désormais élues au suffrage universel (par fléchage) sont  exemptes de toute responsablité politique car non élues , et riches en tentations de conflits d’intérêt.

 

Ainsi, et ce n’est pas être moins ambitieux, je préfererais une disposition qui interdise deux mandats exécutifs locaux (communautés, syndicats, et « satellites « inclus) pour que plus jamais, on n’ait de maires/ présidents de CC ou de CA ; la présidence de ces structures pourrait alors incomber à des élus municipaux, certes, mais dénués de toute responsabilité exécutive et légitimée par une élection au suffrage universel direct…. 

Publié dans Politique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
G

Ne te fais pas de soucis!Que ce soit la droite ou la gauche, aucun député ou sénateur de droite comme de gauche ne veut perdre une part de son gâteau!On sort même Jospin du formol pour présider
une commission de plus(pour quel traitement?)Je suis écoeurée par ces donneurs de leçons.Quand c'était Sarkozy, on ra^lait.Maintenant que c'est la gauche, les médias, les intellectuels sont aux
abonnés absents.C'est maintenant le copinage comme aux beaux jours de Mitterrand.Je te parie un repas que Ségolène ,bien que battue, va avoir un poste.Honteux!
Répondre