577

Publié le par Fred

Dans la bible des lendemains d'élections, à savoir le supplément du mardi du "Monde", ils sont tous cités sans photos, certes (il y a un site pour celà) mais qu'ils soient nouveaux ou vieux briscards, issus de la diversité ou plutôt "vieille France", leur nom, et une brève notice biographique qui l'accompagne, sont précisés, et classés par ordre alphabétique.

On en sait alors un peu plus (âge, profession, département d'élection) sur ces nouveaux parlementaires, dont au moins les 2/3 resteront des inconnus célèbres.

A lire ces 577 notices, on ne manquera pas de faire des commentaires : encore peu de femmes, même si elles sont désormais plus de 120, déjà quelques noms relevant de la fameuse "diversité", pas mal de nouveaux, beaucoup de représentants de nouvelles formations ou du moins de nouveaux sigles ( EELV, PRV, PCD, MUR) et surtout, s'agissant d'une assemblée de gauche, la surreprésentation de certaines professions et la quasi-absence d'autres. 

Il y en effet beaucoup moins de médecins, de pharmaciens, d'agriculteurs (les rares sont d'ailleurs socialistes ou écolo, bizarrement); mais aussi d'ouvriers (n'oublions pas que c'est plutôt la Gauche "Terra nova", chère à Olivier Ferrand que celle, ouvrièriste, qui a été élue).

Les avocats étant répartis des deux côtés de l'échiquier, on en trouve un assez grand nombre, comme d'ailleurs les salariés du privé (surtout dans le domaine commercial ou de la banque). 

Mais ceux qui sont le plus représentés, ce sont bien entendu les fonctionnaires, et chose notable, il ne s'agit plus comme en 1981 d'une république d'enseignants ou de profs, mais bien de cadres locaux et territoriaux... 

Même si on inclut  dans ces vocables tous les chefs de cabinet ou collaborateurs d'élus, cela fait un grand nombre de représentants de la chose locale qui vont désormais siéger..

Cela ne laisse rien en présager de la suite des événements mais je trouvais amusant de le signaler. 

Ce petit exercice permet aussi de ne pas oublier que derrière chaque petit point, chaque petite zone de couleur qui illustre une circonscription, il y a avant tout des destins individuels, des histoires humaines. Bons ou mauvais, pacifique ou salauds, parachuté qui doit sa victoire à une vague nationale ou soutier de la politique locale, touchant enfin au but après de nombreux échecs, notables aux multiples mandats ou élus presque par hasard; ce sont tous des hommes et des femmes qui ont eu le mérite de s'engager, pour une bonne ou une moins jsute cause, mais dont la quasi-majorité a comme ambition de servir, non de se servir: et qui, pour une bonne centaine d'entre eux, seront balayés, vilipendés, humiliés, dans 5 ans, sans pour autant forcément le mériter, comme leurs devanciers de l'autre camp l'ont été cette fois-çi ....

Publié dans Politique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article